Les Austériens

Share Button

23d63461Vincent Peillon a raison : il est urgent de réintroduire à l’école un enseignement de morale laïque. Les enfants apprendront à réfléchir, à douter, à construire leur opinion sur la base de faits. Ils cesseront ainsi d’être la proie des fanatiques prompts à leur servir un salmigondis riche en lendemains qui chantent  mais qui toujours les encouragera à accepter la sévérité du temps présent.

L’initiative du ministre de l’Education Nationale est d’autant plus louable que les dangers se multiplient. Partout germent de nouvelles sectes, de nouvelles hérésies. Ici des hommes entendent faire vivre leurs femmes sous des couvertures sombres, là d’autres se fâchent dès qu’une image à figure humaine offense leurs yeux très pieux, là encore l’ancien grand prêtre d’une secte née dans un désert salé entend rien moins qu’accéder au trône du grand empire américain. Quelques briques de laïcité ne sera pas de trop pour tenir bon face à ces déferlement dévots.

Mais voilà qu’une autre secte menace. Plus rigoureux que les islamistes, plus dévots que les évangélistes, plus sévères même que les Mormons, voici les Austériens. Selon nombre sites complotistes, cette secte aurait déjà converti sinon l’Europe du moins ses plus hauts responsables. Il se dit même que pour être adoubé, tout nouvel impétrant, tout nouveau chef de gouvernement se doit de proclamer urbi et orbi sa foi en un terrible credo : effort, rigueur, austérité. Et cette fois-ci, pas question de se marrer.

Les spécialistes s’inquiètent. Dans un petit écho, page 4 du Monde daté de mardi 11 septembre, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz tente de conjurer la menace : « Les Allemands sont les seuls à croire à l’Austérité », veut-il croire. « A ma connaissance, ils sont les seuls à croire que l’Austérité fonctionnera, contre toutes les preuves qui existent » assène-t-il. Et de raisonner : « Pour sauver l’Europe, on va tuer l’Europe. […] Aucune grande économie ne s’est jamais sortie de la récession grâce à l’Austérité. L’Austérité est un mythe pur et simple ».

Las, malgré la résistance acharnée d’un sombre Ayrault de la mer, il semble qu’après la Grèce orthodoxe, après l’Espagne et l’Italie, après l’Irlande et le Portugal catholiques, après la Grande-Bretagne anglicane, il semble que la Hollande, si simple si  joviale, s’abandonne à son tour au rite des temps nouveaux. La conversion aurait été recueillie en direct par Clerch’Azal, une des plus grandes prêtresses du rite austéritaire. Certains disent même que depuis, les petites blagues bataves ont cédé la place à des proclamations martiales.

La Hollande, proie des coupes budgétaires, des plans de rigueur ?

Allons donc… C’est toujours le problème avec les théories du complot : à force de chercher une explication unique aux désordres du monde, on finit par proférer des énormités… Qui pourrait croire une fable pareille ? Bien sûr les Austériens sont partout, ils sont autour de nous, ils sont autour de vous… Mais de là à les imaginer capables de marabouter des cerveaux  sociaux-démocrates et leur faire réduire les budgets de la culture et de la recherche… Pourquoi pas les imaginer faire le choix de la récession et du chômage pour poursuivre la chimère d’une réduction rapide des déficits tant qu’on y est ? La Hollande est un pays raisonnable, elle ne saurait s’abandonner aux mirages illusoires d’un régime à la docteur Dukan.

Et puis j’ai lu l’éditorial du Monde et mes inquiétudes se sont évanouies. Le journal de référence ne croit pas à l’austérité hollandaise. Il faudrait assumer des réformes impopulaires et pour les mener à bien, le caractère hollandais risque d’être trop faible. Seule la véritable, l’originale fermeté germanique saurait faire l’affaire. Et comme l’énonce le quotidien « n’est pas Schröder qui veut ».  Me voilà rassuré, depuis Maastricht jusqu’à Amsterdam, c’est toute une plaine qui saura résister à la déferlante Austérienne.

Share Button
dvandembroucq

Par Damien Vandembroucq

Retrouvez tous ses articles

Réagir