Editorial. Pour un système de retraites plus juste

Share Button

La défaite politique encaissée aux régionales par la majorité n’a pas calmé les ardeurs « réformatrices » du gouvernement. Le président de la République a chargé la fine lame libérale Eric Woerth de mener et remporter la bataille décisive des retraites, le Graal de la droite.

Depuis la fin des « régimes spéciaux », annoncée pendant la campagne présidentielle de 2007 et mise en œuvre tambour battant aussitôt après les élections, le débat sur la question des retraites semble se limiter au seul paramètre de la durée de cotisation des salariés. Après les 37 ans et demi, puis les 40 ans pour tous, le gouvernement a déjà annoncé le passage aux 41 ans de cotisation pour 2012, tout en laissant entendre qu’il y aurait d’autres augmentations par la suite. Pendant ce temps, le Médef suggère de passer à 62 ans en 2020 l’âge minimal de départ en retraite et les députés autorisent l’activité des seniors jusqu’à 70 ans.

A Parti Pris, nous avons décidé de prendre les choses dans l’autre sens. Et s’il n’y avait pas de choc démographique ? Et si la question des retraites n’était pas un problème de financement, mais un problème de répartition des richesses et de justice sociale ?  Antoine Bozio et Thomas Piketty ont récemment publié une note qui propose un nouveau système de retraite à la fois plus juste et plus simple. Nous sommes partis de cette base pour réouvrir le débat. Sur les retraites comme sur bien d’autres dossiers il n’y a pas de fatalité économique, juste un problème de choix politique.

Retrouvez en liens ci-dessous l’ensemble de notre dossier

Il n’y aura pas de choc démographique (par Rédaction)

Un autre avenir pour le système par répartition (par Sébastien Boudier)

Réformer un système injuste et complexe (par David Cayla)

Allonger la durée d’activité ne financera pas les retraites (par David Cayla)

Pour une pension universelle égale au smic (par David Cayla)

 

 

Share Button

Par la Rédaction

Retrouvez tous ses articles

Réagir