4000 euros net

Share Button
François Hollande, soucieux d’activer le clivage gauche-droite dans la campagne présidentielle, a fait la proposition de revenir sur les dernières baisses d’impôts votées par la droite pour les Français gagnant plus de 4 000 euros nets.

Sa proposition est claire : c’est de parts fiscales qu’il est question, donc par exemple d’un couple gagnant à deux 8 000 euros nets, d’un couple avec deux enfants gagnant 12 000 euros, ou encore d’un couple avec trois enfants gagnant 16 000 euros.

Plusieurs responsables du PS, convaincus qu’il est impossible de gagner une élection en proposant une quelconque hausse d’impôt, ont immédiatement expliqué que François Hollande ne s’exprimait qu’à titre personnel, et « qu’il ne fallait pas décourager l’effort et le travail » (sic). La quasi-intégralité des médias a cru bon de pointer la « bourde » de Hollande.

Passons sur le fait que le projet socialiste prévoit explicitement le retour sur les baisses d’impôts accordées par la droite aux plus aisés. La proposition de Hollande revient à augmenter l’impôt sur le revenu de 4 % des foyers fiscaux, soit environ 2 % des actifs (parmi lesquels ne figurent pas les professeurs certifiés en fin de carrière, n’en déplaise à Monsieur Copé).

Une analyse des derniers scrutins en France montre que ce n’est pas le discours sur la redistribution qui fait perdre la gauche aux élections, mais bien une définition trop confuse de sa ligne politique et des intérêts qu’elle défend, donnant l’impression d’une absence de clivage avec la droite. Refuser de revenir sur les cadeaux fiscaux faits aux plus riches, après avoir pourfendu pendant cinq ans une politique fiscale injuste et inefficace, serait aussi irresponsable que malhonnête.

Si l’on renonce d’emblée à toucher à l’impôt sur le revenu pour la plus haute tranche du barème, c’est que l’on renonce à changer fortement la politique conduite depuis 2002. Sans renforcement de la progressivité de l’impôt, pas de réduction des inégalités, donc pas de projet socialiste !

Share Button

Par la Rédaction

Retrouvez tous ses articles

Réagir